Twitter Instagram
poisson cuisiné.jpg

Le poisson

Le plein d’Oméga3

Le poisson est un aliment protéiné, (comme la viande, les volailles, les œufs, les crustacés, les huitres...) 

Source de  l’indispensable acide gras essentiel l’Oméga 3. Plus un poisson est gras (saumon sauvage, thon, sardines maquereaux, anchois...) plus il est riche en Oméga3.

 

Bon apport en :

  • Vitamine A : indispensable à la vision, protectrice de la peau.
  • Vitamines du groupe B : jouent un rôle important dans le métabolisme des cellules sources d’énergie et à l’entretien des globules rouges.
  • Vitamine E : antioxydant majeur, protège la membrane qui entoure les cellules du corps, en particulier les cellules du système immunitaire.
  • Vitamine D3 : Fixe le calcium sur les os, joue un rôle dans la maturation des cellules, dont celles du système immunitaire.
  • Fer : anti fatigue, permet le transport de l’oxygène.
  • Cuivre : essentiel dans la lutte contre les infections, aide à l'absorption du fer. 
  • Zinc : important pour l’immunité. 
  • Phosphore : constituant des membranes cellulaires, cérébrales et du tissu nerveux, rôle essentiel dans la formation et le maintien de la santé des os et des dents. 
  • Calcium : solidité des os.
  • Sélénium : stimule l’activité des cellules immunitaires et prévient la formation de radicaux libres dans l’organisme.

 

Quand consommer du poisson?

Il est recommandé de consommer 2 portions de poisson chaque semaine. 

Variez les espèces, privilégiez les poissons de petite taille et les poissons gras.

Peuvent être consommés* librement : l’aiglefin et le saumon (particulièrement le saumon sauvage d’Alaska).

Jusqu'à 2 fois par semaine :  Le bar, l’anchois, la sardine (y compris les sardines en boite dans de l’huile d’olive), le flet. 

Pas plus d’une fois par semaine : le hareng, le maquereau tacheté, la morue, le mulet, la truite. 

Pas plus d’une fois par mois : le merlu, le thon albacore, le mérou. 

Eviter : le marlin, le maquereau roi, l’espadon, le thon rouge du pacifique.  .

Eviter : les élevages intensifs. 

* source : le «biodiversity research institute» 

 


Bon à savoir:


De nombreuses études mettent en avant que le risque de cancer est réduit chez les personnes qui mangent du poisson au moins 2 fois par semaine. 

Pour les enfants comme pour les femmes enceintes, pas de poissons crus ou de fruits de mer crus qui risquent de leur faire contracter une maladie infectieuse d’origine alimentaire.